Annabel, façon James

Le prochain James Bond de cinéma sera une femme, et j’ai appris par les médias que ce ne serait pas moi.

Je suis déçue, évidemment. J’avais passé le premier confinement à entretenir cette condition physique exceptionnelle qui m’aurait permis, malgré mes 23 ans bien sonnés, d’assurer le job avec brio.

J’étais tellement prête, j’avais tellement bossé. Je m’étais conditionnée avec rigueur. Ci-dessous, l’exemple d’une journée de préparation.

08h : je me réveille dans les bras d’un quelconque homme-objet séduit la veille. A la table du petit déj’, mon mec fait la gueule. Je l’ignore et je file faire ma séance de tractions (à la tringle des rideaux du salon). Je me réhydrate après la séance avec une petite vodka-martini.

10h : je regarde ma montre pour vérifier si j’ai reçu un e-mail codé du MI6 m’informant de la localisation d’un dangereux cyber-terroriste vendeur d’armes nucléaires. Bon, ma montre est une Swatch de 2016. Du coup, j’ai juste l’heure. C’est la pause : vodka-martini.

11h : c’est l’heure de mon entraînement à la course-poursuite en voiture de luxe. Comme je n’ai pas encore reçu l’Aston Martin, je saute dans ma Twingo. Une vodka-martini pour la route, et j’attends que le facteur passe sur son vélo électrique pour lui coller au train.

12h : sur le chemin du retour, je m’arrête au bar-tabac PMU, pour une vodka-martini au shaker, pas à la cuillère. Le patron a mal compris. Tant pis, je siffle le Picon-bière.

14h : entraînement aux sports de combat. Mon mec refuse de jouer les sparring-partners. J’essaie d’apprendre une prise de krav maga à ma fille. Elle me colle un Playmobil dans l’œil, je m’écroule terrassée. Je note : tactique intéressante à suggérer aux producteurs du prochain film. Je bois une vodka-vodka pour calmer la douleur (plus de martini).

17h : atelier gadgets. J’avance bien sur mon prototype de presse-purée qui lance des fléchettes au curare, je suis contente. Je n’ai plus de vodka pour fêter ça, du coup je me sers un verre de vinaigre blanc.

20h : trou noir.

04h : je me réveille dans mon plumard avec un nouvel homme-objet. Mon mec fait la gueule – encore. Dur de vivre avec quelqu’un qui ne soutient pas mes choix de carrière.

Voilà, toute cette abnégation pour rien. En plus, je m’étais attaqué au dressing de James. J’avais cousu cette chemise de smoking. A porter naturellement sous un costard Savile Row, pour aller flamber 12 millions dans une partie de poker à Gstaad.

C’est un patron indépendant à nouveau, cette fois le modèle Annabel par Anna Rose Patterns. J’ai aimé sa ligne féminine, sa simplicité relevée par le petit plissé du plastron. J’ai choisi de la faire dans un piqué de coton offert par ma maman, afin de jouer sur le contraste des lignes.

Je l’ai masculinisée façon James en augmentant la taille du col officier (passée à 5cm) pour un effet vraiment haut et droit, et en choisissant des boutons noirs pour l’effet smoking. J’aime particulièrement le bouton à facettes du col, purement décoratif car pas destiné à être fermé – je vais te dire, je n’ai même pas ouvert la boutonnière.

Celles qui me lisent de longue date (et je les en remercie) se souviendront peut-être que ma préparation mentale à devenir James Bond date d’un moment. En 2013, j’avais déjà cousu une première chemise de smoking (un patron Burda) – déjà dans un piqué identique (… oui, les cheveux, je sais, vieillir c’est bien).

Problème, j’avais bousillé le col avec des traces de fond de teint – un problème que n’a pas dû rencontrer souvent Daniel Craig. Aujourd’hui, et grâce soit rendue à l’aloe vera pour ses bienfaits miraculeux sur les peaux à problèmes, je me maquille nettement moins. Celle-ci devrait donc durer plus longtemps. Et il me reste assez de piqué de coton pour m’en coudre une autre – on n’a jamais trop de chemises de smoking.

Par contre, si je dois recoudre ce patron, je raccourcirais les manches, trop longues sur moi. J’envisage même de les raccourcir sur cette version, c’est-à-dire démonter mes poignets impeccablement montés et refaire ma fente indéchirable réussie… HAHAHA ! Je déconne, évidemment. Ca va rester comme ça.

En vrai, la seule fois de ma vie où j’ai bu de la vodka-martini, c’était avec ma copine Blandine à Marseille en 2006. Voici une leçon de vie importante que je tiens à partager : quand tu commences à voir double et qu’il est déjà 5h du matin, ce n’est pas une bonne idée de t’attaquer à la vodka-martini. Je me souviens avoir vomi dans trois endroits différents de Marseille le lendemain.

Dans le prochain article, on revient à la maison-mère (Burda) pour un manteau qui devrait m’ouvrir une voie royale pour reprendre le rôle du commissaire Maigret – on croise les doigts !

27 Comments

Ajoutez les vôtres
  1. 1
    Vanessa

    Bon , je te déteste définitivement , d’abord pour cette sublissime chemise que je te jalouse et parce que tu es résolument plus drôle que moi, et ça , je ne suis pas prête de te le pardonner. tu fais même rire mon mari, c’est moche.

    • 2
      Marjolaine

      Désolée, loin de moi l’idée de mettre le bordel dans les ménages ! Je n’y suis pour rien, j’ai une super équipe d’auteurs derrière moi !
      Merci pour ton message en tout cas 🙂

  2. 3
    cyqlaf

    OK. Retire ta perruque de Nikita, on t’a reconnu James ! /* &déjà à l’époque, tu n’avais pas le bras long. Enfiiiiin … moins que les manches de ta chemise non ? */
    Aloooors … la vodka-martini, j’avoue, reste un mystère pour moi. & comme je n’ai pas de martini à la maison, je vais me limiter à la vodka-vodka.
    /* C’est pas bon le Martini en plus. */
    & sinon, mais … tu es résolument hilarante !!! & je suis donc présentement pliée de rire dans mon siège de bureau … Une fois de plus, tu mets tout dans le script et j’adore ! Ils vont changer d’avis au MI6 !!!
    Quant à la chemise, waouh quel boulot !

    • 4
      Marjolaine

      Je suis d’accord : le martini c’est pas bon !! Ouais, tu m’as reconnue, avant de faire la James Bond du 95, je fricotais avec Tcheky Kario… Bien joué ! Ou alors ce deuxième confinement me saoule tellement que je m’invente des vies ? Va savoir.
      Merci pour le message en tout cas 🙂

  3. 6
    Maude

    Bon, trop Canon ta chemise.
    J’adore. Et puis j’ai le bras long alors ça le ferait bien…
    Faut vraiment que je me mette aux chemises.
    Mais je viens (encore) d’acheter 15 mètres de tissu (j’y étais allée pour 1.5m de doublure) et y a pas de piqué blanc dans le lot…
    Ah trop dur….
    Bon vraiment, elle est canon cette chemise. Bravo !

    • 7
      Marjolaine

      Merci Maude ! Tu sais qu’elle a plusieurs versions cette blouse, et notamment qu’elle passe aussi très bien dans do coton imprimé 🙂 Je connais par coeur le coup du « j’achète juste 1m de doublure… » et c’est le drame 😀 Que nous sommes faibles !!

  4. 8
    Ziata

    Ecoute, si tu n’as pas d’avenir en tant qu’actrice dans le cinéma, tu en as dans l’écriture, sûr et certain. C’est toi qui va nous sortir le prochaine aventure de James Bond.
    Et tu pourras aussi conseiller pour les costumes.
    Cette chemise avec les plis religieuse sur le plastron, j’adore.
    Petite question : tes cours de modélisme, repoussés aux calendes, eux aussi ?

    • 9
      Marjolaine

      Merci, tu me rassures ! Non, le cours de modélisme ont bien eu lieu et sont même terminés 🙂 je suis actuellement en train de mettre en pratique en m’essayant à un premier patron de pantalon à mes mesures, et j’ai aussi en projet un pull, une chemise, une robe… Et des journées de 48h 😀
      Merci de ton message !

  5. 10
    jalyla

    Superbe! Une vraie réussite cette blouse et dans ce joli coton blanc, elle est très chic. Elle me tente beaucoup, mais les coins du plastron, c’est ma bête noire…

    • 11
      Marjolaine

      En fait il faut être très précis, débuter et s’arrêter pile poil sur les angles du patron. Et ensuite bien cranter jusqu’à la couture 🙂 Laisse-toi tenter 😉

  6. 12
    Francoise W.

    Joliment executée la vodka-martini ! Evidemment, il faut de l’entrainement…j’aime beaucoup cette version de James-Bond shirt, c’est pas trop dans l’air du temps avec le confinement et le télétravail, mais ça relève un peu le niveau. Et encore merci de nous avoir tenu(es) en haleine avec tes aventures d’agent spécial de Sa Magesté, vraiment, je me suis régalée à les lire : franchement, le presse-purée qui lance des fléchettes au curare, fallait y penser. Tu as pensé à te lancer comme scénariste de BD, parce que franchement, c’est du lourd, là !
    PS : j’espère que tu vas pas nous servir de l’inspecteur gadget avec ton prochain manteau, je t’attends au tournant !

    • 13
      Marjolaine

      Hey m*** tu viens d’exploser l’angle de mon prochain billet !!! Va falloir que je trouve un plan B…
      Merci en vrai, c’est sûr que j’ai peu d’occasions de boire des coups à Gstaad en ce moment, et même de boire des coups tout court, mais au moins quand ça se produira… Je serai prête !

  7. 18
    Fanfreluche

    Un fois de plus tu viens d’égayer mes séances de lecture matinales! Scénario et chemise de ouf ! Mais où vas-tu chercher tout ça ? Si tu le permets, je voudrais aussi te féliciter pour ton relooking capillaire. Clairement, pour le casting James Bond ça l’aurait pas fait avant…

  8. 22
    Nabel

    Très jolie chemise ! Et comme d’hab super histoire pour l’accompagner.
    Pour moi, ça sera un martini – martini, j’ai pas de vodka et j’aime le martini (blanc, rouge, rosé, chuis pas difficile)

  9. 24
    Falbala

    Superbe chemise.. J’adore mise à part la hauteur du col.. Je préfère les petits cols.. affaire de goût…
    Et pour moi ce sera plutôt un kir qu’un martini voka!! Très belle journée

  10. 26
    M.Virginie_

    Superbe chemise, j’adore.
    Je découvre ton blog, tes oeuvres coutouresques et tes écrits (jolie plume) et j’aime tellement que je me suis abonnée à la newsletter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.