Anniversaire arc-en-ciel

Ha, quelle belle chose que l’abnégation d’une mère. Ils sont nombreux, ces petits sacrifices du quotidien que nous faisons pour nos chères têtes blondes.

Moi, par exemple, je me bats quotidiennement pour limiter la consommation de sucre de Léonie. Addiction, caries, risque de diabète… Qui voudrait cela pour la chair de sa chair ?!!!!!

Je me dévoue donc pour finir toutes les douceurs qu’on lui offre – le soir devant la télé, pendant qu’elle dort, afin de lui épargner évidemment l’expérience de voir sa mère souffrir pour elle.

Et récemment, pour son anniversaire… Bon, ça m’ennuie de donner l’impression que je me fais mousser mais… Au lieu de coudre pour moi-même comme je le fais toute l’année, j’ai pris trois jours pour lui confectionner une robe ! A sa taille et tout !

Mère de l’année.

Sérieusement, d’aucuns s’en souviendront (et sinon, ils cliqueront ici), la couture en miniature ne me passionne pas pour un rond. Passer plusieurs heures sur un petit machin qu’elle portera deux mois grand maximum, merci mais je vais plutôt me refaire une chemise.

Cependant, je lui fais toujours une robe pour son anniversaire. C’est un petit rituel que j’ai instauré dès le premier, avec dans l’idée de lui constituer une petite collection qu’elle pourra conserver comme un souvenir de ses changements d’année – et de sa si dévouée môman.

Autant les deux premières robes (la verte pour 1 an, la blanche pour 2 ans) avaient été essentiellement symboliques, portées le jour même pour la photo puis accrochées en trophées dans sa chambre, autant je fonde beaucoup plus d’espoir dans la pérennité (relative) de la troisième.

Je ne trouvais pas trop l’inspiration dans mes patrons Burda enfant, quand j’ai eu un petit coup de cœur pour ce modèle Ottobre, aperçu en feuilletant le magazine chez le buraliste.

As-tu déjà cousu Ottobre ? Si tu aimes Burda, tu devrais t’y retrouver. Pas de plan de coupe, des instructions visiblement facturées au mot supplémentaire, et toutes les tailles tracées avec la même ligne unie : tout ce qu’on aime, à la Confrérie des Couturières Masochistes.

Le modèle, cependant, n’est pas complexe. Et heureusement, parce que je m’y suis collée le mardi soir pour une robe à lui faire porter le vendredi. La procrastination, n’est-ce pas la meilleure façon de donner une pointe de piment à la vie ?

Ce confortable molleton biologique vient de la Mercerie de l’Etoile de Coton. On pourrait croire que pour un 30 avril, il aurait été trop chaud. Mais ça, c’est dans un monde idéal où le printemps commencerait le 20 mars. Au regard de la météo de giboulées/vent/15° qu’on se tape depuis deux mois, la robe est parfaite.

Le réchauffement climatique, encore une promesse non tenue.

J’aime ce petit combo de couleurs, qui s’éloigne du pastel tendre du modèle original, mais qui nous rapproche d’un petit esprit seventies qui me plaît. Elle sera encore parfaite cet automne, quand Léonie fera sa première rentrée à l’école… Excusez-moi, je vais sangloter et je reviens… Alors oui, c’est vrai, je me tape son chocolat Kinder quand elle a le dos tourné – mais il n’empêche que je ne suis qu’amour fusionnel pour cette petite personne, et l’idée de balancer ma chouquette dans le grand bain de la vie sociale, avec tous ces Méchants Morveux Mal Élevés, tend à me briser un tout petit peu le cœur, chaque jour qui me rapproche du 2 septembre.

Tu la sens, la maman qui a lu trop d’articles anxiogènes sur le harcèlement scolaire ? En plus, au cours de krav-maga, ils ne prennent pas d’inscriptions avant 8 ans.

Bref, ma dépression pré-scolaire n’étant pas le sujet, la robe ira parfaitement pour cet automne, parce qu’elle est une demi-taille trop grande. J’ai fait la taille 98 (Léonie mesure environ 95cm pour le moment), et ma seule fantaisie a été d’ajouter des surpiqûres assorties, aussi décoratives que pratiques (pour maintenir les coutures bien ouvertes à l’intérieur et éviter de disgracieux renflements).

L’intéressée, elle, a adoré sa robe arc-en-ciel. C’est aussi une nouveauté, cette année : c’est la première fois qu’elle était consciente de ce qu’elle portait. Je lui ai fait un premier essayage sans les manches. Comme elle voulait la garder sur elle, je lui ai expliqué que je devais coudre les manches d’abord.

Quand je lui ai montré la robe définitive, le matin de son anniversaire, sa première remarque a donc été : « Hooo trop cool, tu as cousu les manches ! » (véridique).

Bah oui ma chérie : Maman n’est peut-être pas la Mère de l’année mais quand même, elle coud les manches.

Ca y est, je crois que l’idée de coudre davantage pour elle fait enfin son chemin dans mon fonctionnement couturesque totalement auto-centré. Elle grandit un peu moins vite (toujours trop vite, évidemment, mais c’est un autre débat) et elle apprécie certains vêtements.

Par ailleurs, elle n’est guère difficile du point de vue vestimentaire. Son père, qui est en charge de la mission d’habillage le matin, la sape régulièrement comme une petite migrante qui va faire les parebrises à Porte de la Chapelle – et elle s’en accommode tout à fait. Il n’y a que moi qui fais des micro-AVC en la retrouvant le soir.

Voilà, ma Léonie a trois ans. Ce n’est pas pour me la péter (encore), mais cette enfant est vraiment ma plus belle réalisation : facile à vivre, vive et futée, empathique, démonstrative (« maman je t’aime vraiiiiment fort ! » « papa tu es le meilleur des meilleurs ! »), drôle et clownette, sociable…

Moi, je ne suis définitivement pas la mère de l’année, mais elle, c’est vraiment la pitchoune de mes rêves. Ca méritait bien une robe par an !

Je vous laisse, j’ai son œuf Kinder à finir devant Koh Lanta, et ce petit jouet ne va pas se construire tout seul.

A bientôt avec de la couture pour MOI !

17 Comments

Ajoutez les vôtres
  1. 1
    Borealis

    Ah, les papas et l’habillage… ! J’ai moi-même ressenti à 2 ou 3 reprises une bouffée de honte en récupérant ma fille à l’école 😀 Très jolie robe et article si attendrissant, merci !

    • 2
      Marjolaine

      Pour l’école, je préparerai ses tenues… Je veux épargner sa future vie sociale !! Merci sinon 🙂

  2. 3
    lusicreation

    Ah a-ha ha oui trop vrai ! Moi je couds pour mes filles à partir de quatre ans, c’est agréable ça grandit moins vite. Je couds aussi pour bébé avec les chutes de jersey ou molleton c’est faitbmiuns mal au porte-monnaie… mais je commence à devenir égoïste ! Pour le papa je prépare les vêtements la veille c’est plus sûr et ça évite ( même pour moi ) la sempiternelle question qu’est-ce que je mets maman ??
    Ottobre grave pas clair les explications et les patrons à décalquer trop chiant mais les modèles sont si Mimis que je craque régulièrement !
    Voilà si ça peut aider mes petites astuces… Bonne continuation

    • 4
      Marjolaine

      Oui, quand j’y pense ou que j’ai le courage, je prépare aussi des tenues la veille, mais bon la plupart du temps je m’épargne cette charge mentale et j’endure la vision de ma fille sapée n’importe comment !
      C’est vrai que les modèles Ottobre sont vraiment chouettes, je suis d’accord !

  3. 5
    Sophie

    Pareil ici, je me sacrifie pour que mes garçons n’aient pas à souffrir d’hyper-sucrisation. Maintenant qu’ils ont 9 et 5 ans, je couds de plus en plus pour eux, mais surtout, je reprends leurs pantalons (genoux et fessiers), il y en a au moins un par semaine. Je fais ça pour sauver la planète et en plus, les kinder passent mieux quand on a de quoi s’occuper pendant le sacrifice.

    • 6
      Marjolaine

      Quelle mère dévouée tu fais toi aussi ! Notre progéniture ne réalisera jamais l’étendue de notre sacrifice pour eux…

  4. 7
    cyqlaf

    Hé hé hé, la prochaine rentrée va faire mal ici aussi. /* Bon, clairement, la cadette en 6ème, je ne suis pas prête. */
    J’ai longtemps préparé les fringues le soir parce que sinon c’était juste pas possible. Maintenant, elles le font elle-même et je dois avouer que cela pique quand même les yeux. Mais c’est du fait maison, je ne peux pas décemment râler. /* J’ai bien assez de sujets de râleries comme ça, crois moi. Ce soir, c’est le devoir de SVT qu’on commence à 18h. Bref. */
    Va falloir quand même à un moment que j’arrête de m’appesantir sur mon sort et que je complimente la mère de l’année pour cette robe troooop mignonne !!! /* Est-ce que je saurai me la faire ??? Grande question existentielle ! */
    En attendant, joyeux troizans et vive les robes arc-en-ciel !!! /* Avec des manches !!! */

    • 8
      Marjolaine

      Merciiii ! A la limite, si les destinataires choisissent elles-mêmes et qu’elles assument, pourquoi pas… Moi, je pense que Léonie va crever de honte plus grande, en voyant certaines photos où c’est son papa qui l’avait habillée ! Je crois qu’on n’est jamais prête pour toutes ces étapes qui nous renvoient à notre vieillissement (en âge, car évidemment nous restons superbes et fringantes). Et puis pour fabriquer ces petits machins-là, il faut quand même neuf mois alors forcément, on s’attache un peu…!

  5. 9
    Nabel

    Trop mignonne la petite robe et trop mignonne la petite poulette qui la porte. T’inquiète, des dépressions de rentrée, tu vas en connaître encore pas mal. Pour moi, la dernière était en septembre, pour sa rentrée à la fac. Mais maintenant c’est bon !
    C’est une super idée de coudre sa tenue de rentrée, ça va faire de jolis souvenirs.

    • 10
      Marjolaine

      Merci, oui je pense que ça va faire mal à intervalles réguliers désormais 😀 Mais bon celle-là est vraiment spéciale, c’est une grande première… Halala faites des gosses, qu’ils disaient !!!!

  6. 11
    liloudelaperelle

    C’est tellement joli…Profite pour coudre un peu pour ta jolie fillette car je trouve qu’on y prend vite goût dès qu’ils grandissent suffisamment lentement pour porter les habits au moins pour une saison mais arrive ensuite l’heure fatidique de la pré adolescence puis de la vraie adolescence où la cousette de maman n’est tellement plus d’actualité que tu te sens presque grossière d’avoir suggéré que tu pourrais coudre un T shirt…J’adorai quand mes filles mettaient du fait main pour la rentrée (et même cette année, il y avait un peu de fait main alors qu’elles sont au collège mais bon, je crois que c’est la dernière fois que cela va arriver). Pour les habits, effectivement je les préparais souvent pour éviter certaines associations étranges de mon mari…Mais ma belle mère a tout de même réussi à mettre un T shirt en taille 1 an appartenant à ma plus jeune à ma plus grande qui faisait un bon 2 ans et ce pendant plusieurs jours….Je ne comprends même pas comment ma fille arrivait à respirer dedans, je sais que le jersey c’est souple mais tout de même! Comme quoi, ce n’est pas qu’un apanage masculin.

    • 12
      Marjolaine

      Merci… Oui je me doute que cela ne durera pas, d’ailleurs je me souviens moi-même qu’au collège, je ne voulais pas porter les vêtements que ma mère cousait/tricotait/dénichait en vide-greniers, je ne rêvais que d’être le clone de mes copines avec les mêmes fringues de marque qu’elles 😀 J’imagine que tout le monde passe par là, mais une fois adulte je me suis reconvertie au fait-main et à la seconde main, donc le fait d’avoir baigné dedans a probablement marqué mon imaginaire malgré tout !

  7. 13
    Cécile

    très mignonne cette robe, et l’idée des surpiqures fait que le fini du modèle est très réussi. C’est ce qui me dérangeait dans ce modèle. Courage pour les rentrées et surprises d’habillage. Mon fils ainé a 27 ans et quand je le vois, je suis tjrs surprise de ces associations vestimentaires!!!!

    • 14
      Marjolaine

      Merci ! Oui, je trouve que le fini fait plus net avec ces surpiqûres même si ça rajoute un peu de travail.
      Oui je pense que parfois, ça peut durer toute la vie les associations hasardeuses ! 😀

  8. 15
    ziata4

    Elles étaient toutes mignonnes aussi tes robes de 1 et 2 ans. J’espère qu’elles ont été portées, et plus qu’une journée, ç’aurait été trop dommage de les laisser au placard.
    Une astuce pour limiter les habillages hasardeux du petit matin : les robes. Il n’y a rien à ajouter, sauf les collants. Moins de risque d’appariements discordants.

    • 16
      Marjolaine

      Hélas non, pas vraiment portées. Déjà j’avais mal calibré la taille et l’adéquation avec la saison (en gros, quand elles ont été à la bonne taille, elles n’étaient plus de saison). Mais le fond du sujet, c’est surtout que j’ai tendance à habiller ma fille comme moi : jean, tee-shirt, pull. Elle est trop mimi en robe et collants, mais c’est un peu ma tenue quand il y a une occasion… Sinon c’est garçon manqué comme maman

  9. 17
    Overdose de roses – Sabali

    […] veux un article décalé autour de James Bond« , ou encore « cette semaine on va bosser sur le thème de la maternité indigne« ). Les auteurs préparent plusieurs drafts d’articles parmi lesquels je choisis celui dont […]

Répondre à cyqlaf Annuler la réponse.