Chemisier à pois, au bronze et au marteau

Pour mon dernier anniversaire, ma p’tite maman m’a emmenée dans un magasin de tissus et elle m’a dit : « Choisis ce que tu veux. »

Mon anniversaire ET Noël en plein mois d’août, en somme.

Parmi les trouvailles de ce merveilleux moment, se trouvait notamment un coton bleu marine avec une espèce de plumetis blanc. Je dis « une espèce », parce que sur l’endroit du tissu, ça paraît imprimé, alors que sur l’envers, les points créent une sorte de relief, comme s’ils étaient cousus.

Le tissu, avec son beau tombé un peu lourd, s’est rapidement imposé comme une évidence pour incarner un chemisier dont j’avais envie depuis le mois de mars (et le Burda qui allait avec) :

Et ce, à plus forte raison après avoir vu la version de Kogogo sur BurdaStyle : le deuxième site, après Thread and Needles, sur lequel je passe la majorité de mon temps libre – mais jamais pendant les heures de bureau naturellement.

Voici le mien :

Le chemisier en question n’est pas d’une facture bien compliquée, mais il recourt (beaucoup) trop à la technique que je déteste le plus en couture : les fronces. Impossible de réussir des fronces correctes, rien à faire. J’ai beau y passer des heures, je n’arrive jamais à les répartir correctement et équitablement, elles se mettent mal, je m’énerve, je hurle à la mort, et je finis par balancer mon ouvrage pour aller voir s’il n’y a pas un truc à grignoter dans le frigo.

Bref.

J’ai donc lutté, comme à l’habitude, pour arriver à un résultat praticable au niveau des fronces du col. Les manches sont censées être froncées elles aussi, aux poignets. Je n’ai même pas essayé : j’ai résorbé l’ampleur par deux plis comme je l’avais vu sur d’autres chemisiers, merci au revoir.

Par ailleurs, je les trouve un peu trop longues pour des manches trois quart (un comble), du coup je les porte surtout retroussées, comme sur la photo.

Au rayon des autres détails, j’ai eu envie d’un passepoil bronze au col (et aussi aux poignets).

Mes fronces n’ayant pas donné au col la longueur souhaitée (grrr), les extrémités du col ne tombent pas exactement là où le patron le prévoit. Du coup, il ne se ferme pas complètement comme sur le modèle. Mais je n’ai pas de problème avec ça, ma modification involontaire me paraissant plus confortable.

Sinon, j’aime particulièrement les boutons : des pressions métalliques qui se posent avec un marteau (… si).

Je voulais des boutons/boutonnières classiques à la base, mais ces pressions étaient les seules à être assorties à mon passepoil bronze, et je n’avais pas le courage d’arpenter toute la région parisienne pour trouver autre chose.

Quand j’ai voulu poser mes pressions, les explications au dos de l’emballage se sont révélées des plus absconses. Il était visiblement question d’un marteau, ça j’avais bien compris, et il y avait un socle et une espèce de pilon en plastique vendus avec (?). J’ai consulté des tutos sur Internet, dont la plupart se concluaient par : « … en résumé, je vous déconseille de poser des pressions métalliques ». Il faut dire que quand tu regardes les quatre éléments qui composent ton futur bouton pression, avec toutes leurs petites griffes métalliques, il est douloureusement évident que c’est quelque chose dont tu dois réussir la pose du premier coup, car donner un coup de marteau là-dessus présente sans aucun doute un caractère fortement définitif.

Oui, on peut le dire : j’avais la pression (rires enregistrés).

Pour éviter de flinguer tout le chemisier (et passer de la pression à la dépression), j’ai décidé d’en sacrifier une, pour faire un test dans une chute de tissu. Eh bien crois-le ou non, c’est extrêmement simple et ça se pose avec une facilité déconcertante. En vingt minutes, c’était plié.

Je sais, deux paragraphes de suspense pour en arriver à cette conclusion d’un tel désintérêt, c’est navrant.

J’aime vraiment ce chemisier, j’aime son tissu, j’aime ses détails, et j’arrive à faire abstraction du tracas que m’ont donné ses p*** de fronces. L’encolure peut aussi se porter ouverte, mais je crois que c’est plus joli fermé.

Tiens, une fois n’est pas coutume, j’ai fait une photo pendant la réalisation. Un aperçu du making of ?

Après cette chemise, je suis passée à un gros morceau qui va me prendre une bonne partie d’octobre… Mais tu verras quand on y sera. Juste une petite photo en teasing :

19 Commentaires

  • 11 octobre 2012 - 20:09 | Permalien

    Ah là là ! Il est trop beau ce chemisier, j’adore !!!! vraiment !!!!

    et qu’est qu’il te va bien !!! C’est vraiment un modèle original je trouve !!!

    • Marjolaine
      11 octobre 2012 - 23:12 | Permalien

      Merci Clotide ! Ce n’est pas un modèle bien compliqué, en plus… hormis ces [censuré] de fronces ! Surtout vu le niveau de tes jolies réalisations (trop belle ta Belladone !!)

  • 11 octobre 2012 - 22:28 | Permalien

    Wahouu, il est super beau, félicitations !!!
    Moi aussi je posais mes pressions au marteau jusqu’à ce que j’achète une pince spéciale… au final, ça ne change pas grand chose, sauf que j’ai moins l’impression de faire du bricolage et que ça fait moins de bruit ;-p

    • Marjolaine
      11 octobre 2012 - 23:17 | Permalien

      Merci Clémentine ! J’ai vu qu’il existait des pinces, mais comme c’était la dernière étape, je voulais la finir, trop dur d’attendre de trouver une pince adéquate ! Cela dit, ça a un côté fun (et décalé) d’avoir le marteau au-dessus de son ouvrage ! Très « Monsieur Bricolage » en effet 😉

  • mamounette
    12 octobre 2012 - 16:08 | Permalien

    Il est MAGNIFIQUE! vraiment réussi!

    Si tu veux, je te ferai un petit cours pratique sur les fronces, la semaine prochaine!il y a des petites astuces qui facilitent le travail….

  • 12 octobre 2012 - 20:42 | Permalien

    Superbe ! J’aime :
    – le passepoil bronze
    – le col mao
    – qu’il n’y ait pas trop de fronces, c’est super joli sur le col mais s’il y envait eu aux manches et aux poignets aussi, ça aurait fini par faire blouse de pirate !
    Selon moi, le résultat est parfait comme ça !

  • Marjolaine
    12 octobre 2012 - 22:57 | Permalien

    Merci Sté ! Je suis d’accord avec toi, trop de fronces tue la fronce 😉
    Vu ton beau chemisier avec le passepoil Liberty, on aime le même type de détails 😉

  • Pingback: (Encore) un chemisier

  • 2 novembre 2012 - 18:57 | Permalien

    Je compte te copier très très vite ^_^

    • Marjolaine
      2 novembre 2012 - 19:40 | Permalien

      C’est pour ça que c’est bien, la couture 😉

  • Gréau
    19 mars 2014 - 21:40 | Permalien

    J’ADORE !!!! je voulais savoir, c’est en Anglais le patron ?! j’ai vraiment envie de la commander :))))

    • Marjolaine
      20 mars 2014 - 14:43 | Permalien

      Bonjour ! Et merci ! Si tu trouves le magazine correspondant, le patron est en français. Si tu le commandes sur Burdastyle, il est en anglais. Mais bon, si jamais tu as besoin que je t’envoie les indications en français, envoie-moi un message privé.

  • Pingback: Top 10 summer shirt, blouse and tunic sewing patterns | Behind the Hedgerow

  • kris
    20 mai 2015 - 09:34 | Permalien

    Hi,

    Your blouse is really pretty! would love to know where i can get this pattern from.

    Cheers
    kris

  • 24 juillet 2015 - 09:57 | Permalien

    Bonjour,

    Je découvre ton chemisier ce matin et les autres versions, il est magnifique, je pense que je vais acheter le patron!
    Tout comme une de nos collègues couturières t’en parle plus haut, j’ai peur des explications en anglais. Comme le commentaire date de plus d’un an, es tu toujours d’accord pour envoyer les explications en français si je galère?
    merci beaucoup en tout cas, c’est un vrai coup de coeur cette chemise, comme je n’en ai pas souvent!

    Tiphaine

    • Marjolaine
      24 octobre 2015 - 10:29 | Permalien

      Merci Tiphaine, je t’ai répondu par mail, un peu honteusement vu les délais !

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *