Jack & Lemmy, f*** yeah !

La rock’n’roll attitude n’attend pas le nombre des années. A plus forte raison quand on s’appelle Lemmy, comme un petit gars de ma connaissance, déjà vieux de presque une semaine.

Pour celles et ceux qui ne seraient pas familières du wokenwol, je vous invite à taper « Lemmy » dans Google pour découvrir quelle figure tutélaire a inspiré ses rebelles de parents.

Faut bien dire qu’entre Papa et Maman,  tatoués, fan de métal et de zombies, le môme arrive avec un bon capital de fuck yeah.

Baby rock

source : Pinterest

Pour le cadeau de naissance, j’ai donc jugé bon de m’éloigner des traditionnelles petites fleurs qui sourient, les étoiles qui font des clins d’œil et les mignonnes petites girafes qui câlinent des souris. Encore que les motifs des fringues et accessoires pour bébés me semblent souvent imaginés par quelqu’un qui serait mal redescendu d’un trip sévère au LSD. Une girafe qui fait un câlin à une souris, les gars ?…

Pour Lemmy, j’ai réalisé deux bavoirs qui lui permettront de témoigner précocement de sa rebelle attitude, c’est-à-dire dès qu’il pourra recracher son petit pot à l’abricot sur la chemise de Papa qui est justement en retard pour aller bosser.

Bavoir Lemmy - Sabali blog - 04

Le premier a été fait avant de savoir le prénom, il porte donc un simple et discret « L » en plus de son motif, le crâne de Skeleton Jack version drapeau pirate.

Bavoir Jack - Sabali blog - 02

Bavoir Jack - Sabali blog - 03

 Le bavoir est découpé dans un bout de serviette-éponge selon un patron que-c’est-moi-qui-l’ai-fait avec mes petits doigts. Le motif principal est reproduit après avoir été vu sur Internet. Le tout est bordé de biais, et le motif est un appliqué. Première fois que je recours à la technique de l’appliqué, d’ailleurs. J’ai thermocollé le tissu avant de découper le motif, c’était plus simple avec toutes ces découpes – qui ont été un poil longues à souligner au point bourdon, d’ailleurs. Qu’est-ce qu’il en a, des dents, ce Skeleton Jack.

Le deuxième bavoir a été fait après avoir eu connaissance du prénom, et si tu n’as pas eu la curiosité d’aller sur Google quand je t’en parlais plus tôt, là c’est le moment, sinon tout le génie de ma créativité va carrément te passer au-dessus.

Bavoir Lemmy - Sabali blog - 01

C’est bien évidemment un clin d’oeil à Lemmy Kilmister et à ses célèbres bacchantes qui font fantasmer mon amoureux depuis qu’il a du poil au-dessus de la lèvre supérieure. Sauf qu’Yvan, il est interdit de moustache. La fois où il a essayé, j’ai eu l’impression de vivre pendant 6 mois avec un proxénète bulgare. La moustache sans barbe est donc devenue définitivement pilus non grata à la maison. On reste dans le compromis capillaire puisqu’en contrepartie, je n’ai absolument pas le droit de devenir blonde.

Bon sinon, même technique pour le bavoir Lemmy, sauf que j’avais définitivement acquis la maîtrise du point bourdon, tellement que je te montre l’envers :

Bavoir Lemmy - Sabali blog - 03

Il est vrai que sur l’envers, on voit que mon Lemmy-motif n’est pas toootalement droit au milieu de son bavoir ; en même temps, si tu avais pris autant de substances psychotropes que ce type-là dans ta vie, je te dirais bon courage pour tenir debout.

Ils sont pour l’instant un peu grands, dixit la maman qui me dit que ça lui fait plutôt « comme une couette », à Lemmy. Néanmoins, il a tout le temps de grandir pour vomir sur ses bavoirs de petit rebelle.

Ce qui est drôle, c’est que pendant tout le temps de la réalisation, j’écoutais plutôt des trucs très doux, telles la folk mélancolique de Piers Faccini ou la poésie onirique du dernier album de Bertrand Belin. Avec un peu de chance, ça aura infusé un peu dans la création, et Lemmy sera un p’tit punk mais qui aime trop les câlins (n’impliquant aucune girafe ou souris, inch’allah).

A part ça, j’ai également terminé autre chose : une chemise, et mama mia, tu sais comme j’ai horreur de me la raconter (hein ouais, tu le sais) mais p*** qu’elle est BELLE !!! Si j’ai le temps de la prendre en photo, tu la verras peut-être dans les prochains jours ; et si pas, tu devras patienter malgré ce teasing atroce, car on se casse à Barcelone toute la semaine prochaine. On va passer quelques temps dans ma ville d’amour, avec ma Aurore d’amour !!

Barcelona

Une fois, en 2005, j’ai attendu en-dessous de ce truc pendant plus d’une heure, que la pluie battante cesse, mais bon, je te raconterai ça le jour où j’ouvrirai un blog de voyage.

PS. J’en profite pour passer un message à caractère personnel (… sur mon propre blog ! Genre, faudrait que je demande l’autorisation ?!) à ma Jolie Julie la Berlinoise si elle passe par là : je ne t’oublie pas pour le sac, promis, juré !

5 Commentaires

  • mamounette
    18 octobre 2013 - 17:51 | Permalien

    « Devenir Blonde »? mais tu l’as été naturellement une grande partie de ton enfance….!des photos pour preuves ?????

    Coïncidence?j’ai vu ce matin sur Pinterest ce genre de bavoirs et je me suis dit: elle ferait quand même pas ça?
    Et bien si! Et c’est génial!
    Bon Séjour en Catalogne!

    • Marjolaine
      18 octobre 2013 - 18:52 | Permalien

      C’est plus la blondeur artificielle qu’il n’aime pas et refuse !
      On vous enverra des bisous d’Espagne !

  • Julie la Berlinoise
    24 octobre 2013 - 16:06 | Permalien

    Oh !Merci pour le PS (et accessoirement pour le sac… trooop hâte de voir ça !!)
    En tout cas, c’est toujours un plaisir de regarder tes créations… ça fait rêver !!! A très très vite les loulous !

  • 29 octobre 2013 - 19:01 | Permalien

    original!

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>