La chemise boyish #2020 #semaine10

Comme me le disait encore récemment un ancien candidat à la Mairie de Paris, Internet est un outil merveilleux qui nous permet de faire de belles rencontres.

Moi, par exemple, j’ai sympathisé sur Instagram avec la Noueuse d’aiguilles, qui est une couturière chevronnée, une amatrice de Burda et une fille très sympa (une fille genre moi, quoi). N’étant pas géographiquement trop éloignées, c’est assez naturellement que nous est venue l’idée, au bout de quelques temps, « d’aller boire un café ». En code de couturières, aucune cafetière n’est impliquée : ça veut dire « aller acheter du tissu ensemble ».

Lors de cette virée chez Bennytex à Bobigny (gros entrepôt, petits prix : un pur lieu de perdition pour la couturière au cœur faible), je n’ai pu me soustraire à l’acquisition d’un coton à tartan tricolore immédiatement visualisé en chemise d’esprit boyish.

Boyish, ça veut dire qu’au lieu de piquer une chemise à ton jules, tu en couds une qui fait genre « j’ai piqué une chemise à mon jules ». Comme ça, il ne t’engueule plus de laisser des traces de fond de teint sur le col, tu ne lui jettes plus au visage qu’il était moins regardant quand c’était son ex si tu en crois les photos que cette morue a publiées avec lui sur Facebook, il ne te hurle plus qu’il en a marre de ta jalousie mal placée, tu ne le traites plus de connard sans cœur et que de toute façon tu sais très bien que sa mère n’a jamais pu te blairer et qu’il n’a jamais pris ta défense une seule fois devant elle, il ne te dit plus d’arrêter avec sa mère putain !

Bref, c’est la paix des ménages.

Le modèle 114 du Burda d’avril 2010 cochait les cases de cette chemise un peu masculine à laquelle j’aspirais : une ligne peu appuyée à la taille (mais pas totalement droite pour y faire rentrer mes hanches pas boyish), un empiècement aux épaules, un col et des poignets classiques.

Et une parementure à même, car la vie est trop courte pour la passer à faire des raccords de carreaux.

Parementure à quoi ?… Allez hop, pouf, dans mon infinie mansuétude j’improvise un petit cours de décryptage de dessin technique pour celzéceu qui trouvent ça ésotérique. La parementure est une pièce que l’on coud le long d’un bord, pour lui donner une finition propre. Celle dont je parle ici vient finir le bord, au milieu des devants (la partie où se trouvent boutons et boutonnières). Sur le dessin ci-dessus, on peut savoir qu’elle est « à même » (= dessinée et coupée en une seule pièce avec le devant) grâce aux petits pointillés qui marquent son emplacement tout en insinuant la continuité avec le devant. Alors qu’une parementure « rapportée » (= coupée à part, et cousue ensuite) est symbolisée par une franche ligne continue, comme sur le modèle ci-dessous avec lequel j’ai hésité (Burda, septembre 2009) :

Les sous-entendus d’une ligne de pointillés : n’est-ce pas d’une grande poésie ?!! Moi, j’adore les dessins techniques et ceux de Burda sont très bien faits. C’est peut-être moins glamour que la photo de la gonzesse sur fond de mer des Caraïbes avec son chapeau violet, mais ça parle beaucoup mieux du vêtement qu’on va coudre.

Les empiècements, les poches et les poignets sont coupés dans le biais et non dans le droit-fil, pour amener du contraste dans tout ce carrelage. Une stimulant petite gymnastique mentale a, de ce fait, été nécessaire pour tout faire tenir dans mon coupon de 1m60.

L’ourlet est arrondi façon liquette, ce qui est un peu moins masculin – mais entre la chemise, ma longueur de cheveux et ma tronche très fatiguée de ce lundi matin, il fallait bien conserver un petit quelque chose qui rappelle vaguement mon appartenance à la team chromosomique XX.

Les chemises font partie des pièces que je préfère coudre. Je me suis régalée avec celle-ci, bouclée en trois jours – comme l’indique l’expression de joie intense sur mon visage ci-dessous. Je ne sais pas chez vous, mais moi ça se vérifie tous les mois : nuit de pleine lune = tronche de cake le lendemain.

J’ose avouer qu’en femme de peu de volonté, j’ai acheté un autre coupon de tissu à carreaux le même jour – et femme de peu d’imagination, je le destine à finir dans le même modèle, car ce patron est un excellent basique. Le vêtement est validé au portage, déjà deux fois la semaine dernière. Alors j’ai envie de dire merci Instagram, merci Bennytex et surtout merci Noueuse, on retourne « boire un café » quand tu veux.

25 Comments

Ajoutez les vôtres
  1. 3
    Chrystye

    J’adore lire tes articles . Ils sont super. Tu devrais être humoriste ou écrivain (ecrivainne?). Bravo la chemise , couture parfaite. Et moi aussi j’adore Burda,c’est pour quand le café ?

  2. 5
    Francoise W.

    J’adore les chemises, je le confesse, c’est ma passion. J’en fais au moins 2 ou 3 par an, de tout style et toute matière. Et celle-ci, elle me fait vraiment kiffer… car je l’avoue, je n’en ai pas une seule avec des carreaux, c’est ballot quand même. Comme je suis une fille à l’esprit pratique (en général), je me suis mis au point un modèle avec empiècement et pinces de poitrine que je décline au fil de l’inspiration : avec ou sans patte de boutonnage, avec encolure tunisienne, avec ou sans col, avec des petits volants aux poignets ou sur la patte de boutonnage, des manches courtes ou longues, plus ou moins ceintrée à la taille…coudre sur la base du meme modèle, ça fait vraiment gagner du temps. Pour faire durer le patron, je l’ai contrecollé sur de la vliseline un peu dense et j’ai fait un petit trou à l’extrémité de la pince, dans lequel je passe le fil de bati. Voilà mes petits trucs perso pour capitaliser sur un modèle déjà cousu.
    Merci Marjo pour le moment de lecture toujours aussi réjouissant !

    • 6
      Marjolaine

      Haaaa moi aussi j’adore les chemises. IL t’en faut une à carreaux alors ! Merci pour ce tuyau, c’est une super bonne idée cette petite base que tu transformes à ton goût.
      Merci pour cette astuce, ton passage et ton message qui fait toujours plaisir !! 🙂

  3. 9
    Fanfreluche

    Ah moi aussi j’adore ta chemise avec ses superbes carreaux. Même avec une parementure à même il faut faire attention aux raccords et tu as géré à merveille. Et que dire de ton écriture toujours aussi vivante et drôle ! J’ai littéralement senti monter la tension de l’engueulade. Génial !

    • 10
      Marjolaine

      Merci de ton message et de l’avoir remarqué ! Effectivement je n’en ai pas parlé, mais c’est vrai que j’ai quand même fait attention à ce que mes bords de devant s’alignent bien pour que l’enchaînement des carreaux soient jolis… Et j’ai des raccords de pied de col / col qui sont juste incroyables de précision sauf que là, je ne l’ai pas fait exprès 😀
      J’espère que ça ne t’a rien rappelé de personnel cette engueulade 😀 Cette situation est bien sûre 100% fictive !!

  4. 11
    Jalyla

    Ton tissu est superbe et les raccords sont au top. J’adore ce style de chemise et Burda n’est pas avare de modèles de ce genre! A bientôt pour la suivante…

  5. 13
    Sophie

    Et vive le café !! Mais en vrai, ils en font chez Bennytex….du café…
    Merci pour ton article, c’est encore et toujours un Bonheur de te lire

    • 14
      Marjolaine

      Mais oui, en plus tu as raison, ils nous ont fort aimablement offert un thé pendant qu’on déambulait dans les rayons en gloussant comme des gamines lâchées dans JouéClub !!
      Merci à toi de ton passage 🙂

    • 16
      Marjolaine

      Merci 🙂
      Ils ont un site internet bien achalandé, ils livrent vite… Il me fallait de la toile à patron récemment, je l’ai prise sur leur site internet pour éviter un déplacement et j’ai trouvé cela tout à fait satisfaisant 🙂
      Alors certes, je sais, cela ne remplace pas le toucher des tissus, j’en suis parfaitement consciente moi qui passe mon temps à tripoter tous les rouleaux dans une mercerie !

  6. 17
    La Miss Kikou

    C’est bon, j’suis à jour de la lecture de tes articles… (oui j’optimise les pauses café au taf pour la survie de mes collègues!): toujours aussi drôle et pertinent « couturièrement » parlant. Avec mon acolyte de couture, on se ment plus: on se dit direct: on va chez Benny 😀 😀 😀

    • 18
      Marjolaine

      Merci, tu m’en vois ravie 🙂 Je vais tenter de maintenir le rythme hebdomadaire pour te challenger alors !! 😀
      Bah oui, arrêtons de nous raconter des craques, du café on peut en boire chez nous ! Alors que se jeter dans les rouleaux multicolores de chez Benny… <3

  7. 19
    Corinne

    Vraiment belle cette chemise ! je vais regarder dans ma collec’ sous-exploitée de Burda. Je passe souvent à côté de modèles sympas à cause des tissus choisis dans leurs n°.
    Elle ressemble fortement à un modèle de la Maison Victor que j’ai cousue pour mon mec. Cousue trop petite … quelle gourdasse, je suis. Je l’ai récupérée. Oups … 😀

    • 20
      Marjolaine

      Haha alors celle là je n’ai jamais osé la faire ! Bien joué !
      Chez moi la collec’ est plutôt très exploitée
      Merci pour ton message en tout cas !

  8. 21
    MariePopline

    Bonjour, merci pour cet article, j’ai bien ri, et en plus, j’ai ce Burda c’est un super numéro celui-là. Pourriez-vous me dire si vous avez cousu une taille en-dessous ? Car à l’époque ça taillait grand je trouve.
    Merci d’avance et bravo pour cette très belle réalisation.

    • 22
      Marjolaine

      Merci beaucoup ! 🙂 habituellement je couds 36 en haut chez Burda. Ça correspond à un 36-38 du commerce. Mais là le patron commençait à la taille 38 donc je n’ai pas eu le choix, et l’idée d’une chemise un peu ample ne me gênait pas. Les emmanchures sont 1 cm plus bas que la fin de mon épaule mais ça me va ! Et niveau largeur, ce n’est pas près du corps mais pas choquant non plus.

  9. 23
    Nadine

    Je découvre ton blog car à T&N, je me réjouis de remonter le temps en passant de couture à rigolure ! Cette chemise est superbe et c’est ma chemise fétiche (j’ai du en coudre au moins 10 !). Pour les cernes , je compatis suis de la même team

  10. 24
    Nadine

    J’adore cette chemise , c’est d’ailleurs mon modèle fétiche j’e ai au moins cousu 10 !! Et quelle joie de découvrir ton blog, d’autant que je suis de ta team , je vais pouvoir remonter le temps entre couture et marrade ! Merci et bravo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.