L’amour en carreaux

Aujourd’hui, une histoire d’Amour plus fort que la Mort. De la passion !!! De la séparation !!! Du déchirement !!! Des retrouvailles !!! – et des carreaux.

Retour en arrière. Nous étions à la fin de l’année 2016, lorsque je ressentis le besoin de construire enfin une relation durable – avec un manteau, un vrai. Jusqu’alors, je papillonnais sans stabilité, enchaînant les histoires sans lendemain avec des pardessus du commerce qui montraient vite les limites de leurs poches fragiles, ou avec des doudounes disgracieuses – celles auxquelles on cède parfois dans un moment de faiblesse, mais dont on ne tombe jamais durablement amoureux.

Il était issu d’une bonne famille, l’élu de mon cœur (Burda, numéro d’août 2014). Son allure classique et son petit col tailleur, associés à une silhouette oversize désinvolte, lui donnait un irrésistible charme canaille. Je l’avais conquis avec quelque difficulté. Je l’avais un peu obligé à changer pour moi, c’est vrai (des poches paysannes à la place de ses poches dans les coutures, une martingale dos, des bas de manches élargis). Mais l’alchimie avait fonctionné. Il s’est lové autour de moi, et notre amour a duré trois ans (classique).

Parfois, quand on aime, on dévore l’autre. On en demande trop. On ne tient pas compte de ses limites. Et c’est ce que j’ai vécu avec Lui… Je l’ai poussé à bout. J’ai été exclusive avec lui pendant toutes ces années, ne le laissant jamais souffler, l’obligeant à rester avec moi, chaque jour d’automne et d’hiver. Et il a craqué, bien sûr ! (… à la doublure, puis aux aisselles).

Bon sang, ce que je regrette ! Ce qu’il a pu me manquer, à la fin de l’année 2019 !!! Ce fut le retour à l’ère des doudounes fades, ces matins où on se regarde dans le miroir avant de partir, et on n’aime pas ce qu’on voit.

Et puis une nouvelle rencontre changea tout, me tira de cette morosité du vêtement hivernal. Cette fois, c’est un militaire qui me tourna la tête. Conquis de haute lutte, lui aussi… Sa ligne élégante, sa sobriété, l’apparent classicisme de son caractère qui cachait en réalité un grain de folie… Notre rencontre a fait des étincelles. Il vint au cœur du désarroi pour chasser les mauvaises fièvres, et j’ai flambé comme un genièvre à la Noël entre ses doigts.

Mais j’avais appris. J’avais retenu la leçon. Quand on aime, il faut parfois savoir laisser l’autre respirer, apprendre à se défusionner. En manteaulogie, la pérennité de la relation dépend de… la polygamie. Aller voir ailleurs, se draper dans d’autres étoffes, conserver le désir intact – et les fonds de poche itou.

Alors, j’ai décidé d’offrir une alternative à mon nouveau compagnon. Un remplaçant, pour qu’il puisse s’épargner – tenir la distance. Mais bien sûr, quand vint le moment de trouver le candidat idéal, il va de soi que mon coeur n’avait rien oublié de ces trois belles années passées avec le number one. Et j’ai tenté de ressusciter cet amour, de le faire revenir d’outre-tombe.

C’est une illusion, bien sûr. On ne ramène pas les morts à la vie. Mais on peut vivre autre chose, une nouvelle histoire. Le nouveau venu n’est pas aussi protecteur que son modèle (lainage un poil trop fin, des Coupons de St-Pierre). Mais il fait de son mieux, avec sa doublure en micro-polaire… Un châle épais, ou un bonnet funky (tous les deux maison) lui prêtent main forte pour me réchauffer.

Il est aussi plus structuré (grâce à son tissu plus fin, justement), je lui trouve une ligne plus nette. Il n’a pas voulu de la martingale, il disait que ça le déformait un peu – je n’ai pas voulu lui imposer, et puis c’est vrai que ça lui allait moins bien. J’ai insisté pour qu’il conserve les poches paysannes – doublées en micro-polaire, quel bonheur, c’est comme s’il me prenait délicatement par la main à chaque fois que je les glisse à l’intérieur.

Et puis, pardon, je ne veux pas être triviale – mais du point de vue esthétique, Dieu qu’il est craquant. Il a soigné ses raccords, c’est un vrai délice pour les yeux.

Il cache une petite note coquine de rouge dans le col, qui relève le gris bleuté de ses carreaux…

Il est totalement dans le coup. Les manteaux à carreaux c’est THE tendance lourde de cet automne. Il le sait bien, il en joue, et moi je craque – me prenant, avec lui, pour une hipster new-yorkaise qui boirait des pumpkin spice latte en arpentant les rues animées de Brooklyn.

A dire vrai, le charme de la nouveauté faisant, c’est surtout lui qui m’accompagne ces jours-ci. On se découvre, on s’apprivoise, j’adore sa compagnie. C’est le risque de la relation polygame : le déséquilibre. Favoriser l’un, délaisser l’autre. J’essaie de ne pas céder à cet écueil, à nouveau.

Et puis, je vais être honnête… Tu diras que je suis insatiable, une vraie croqueuse de manteaux maison… Mais j’ai dans le stock un coupon de lainage absolument magnifique, et je pense déjà… à me fabriquer un troisième compagnon.

C’est ça le plus beau, dans l’amour avec les manteaux : plus ils sont nombreux, plus ça dure.

28 Comments

Ajoutez les vôtres
  1. 1
    cyqlaf

    Burda AOUT 2014 ??? Je sais qu’il fait froid au fin fond de la Teutonie du nord mais quand même, AOUT ???
    Bref, une fois cette coquinerie lue, j’ai pu admirer ton manteau … il est beau, il est doux, il sent bon le sable chaud …
    Mais tu as fait l’erreur de mettre une photo de ton manteau mili et tout s’est envolé. The ONE, the BEST, c’est lui.
    J’aime bien ton manteau à carreaux mais le hussard reste mon pref’ de pref’ !!!*
    Et sinon, j’ai le même manteau depuis 11 ans. Porté en exclusivité 6 mois par an …Lui et lui seul. Il bouloche un peu sous les bras, j’ai réparé les poches mais … je n’aime que lui ! & il me le rend bien. Du coup, je sens que je vais jamais me coudre de manteau ! A mon âge, ma p’tite dame, notre idylle durera toute ma vie.
    Longue vie à ton manteau !!!
    /* Chouette bonnet dis ! */

    • 2
      Marjolaine

      Mais grave, c’est tellement improbable de proposer un manteau en août, mais au fond voilà pourquoi Burda reste number one 😀
      C’est vrai, ce manteau officier reste un cran au-dessus, même techniquement… Mais ce nouveau copain carrelé va m’aider à prolonger son existence ! Parce qu’un manteau depuis 11 ans, je ne sais même pas comment c’est possible ! Tu le cryogénises quand vient la belle saison ?!

  2. 3
    Francoise W.

    Encore une réussite ce manteau, il est vraiment superbe (les raccords carreaux…). J’ai pour ma part une relation un peu désespérée avec les manteaux faits main et pourtant, je me concentre. J’ai l’impression que je me plante sur les modèles, mais il est vrai que je ne suis pas forcément facile à habiller : petite et un peu boulotte, pas facile de trouver la bonne ampleur pour ne pas avoir l’air de la mère Noel ou d’un Jawa…Le manteau style trench est celui qui me va le mieux mais impossible de le coudre dans un tissu calin. Alors, je retourne à mes doudonnes et autres anoraks technique, sans style et sans conviction. Peut-etre vais-je trouver un jour le Graal, qui sait ?

    • 4
      Marjolaine

      Merci Françoise, c’est vrai que le choix du bon modèle c’est déterminant à la base. Quand on n’est pas très grande, la veste plus courte est souvent un bon compromis ?… Sinon je pense qu’il existe dans Burda des patrons de manteaux esprit trench (coupe ceinturée, col tailleur) mais qu’on peut faire en lainage. Notamment dans le numéro d’octobre 2018, il y en a un très beau (à voir sur le site Burda russe) qui me fait de l’oeil depuis deux ans !

      • 5
        Francoise W.

        Merci pour la suggestion, je vais aller farfouiller dans ma collec pour y trouver quelque chose de structuré Mais je sais qu’il va falloir que j’adapte assez profondément le modèle… et là j’ai une grosse flemme. Dans le temps, Burda faisait une édition spéciale rase-motte 1 fois à chaque saison. C’est bien fini ce temps-là ma pov’dame!

        • 6
          Marjolaine

          C’est vrai qu’avant il y avait plus de « petite » ou « grande » statures, maintenant c’est moins fréquent ! Ça se relâche chez les allemands !

  3. 7
    Ziata

    Ah, trouver le compagnon idéal, à la fois chaud, confortable et stylé, pas simple, je sais. Tellement compliqué que je n’ai jamais essayé. S’ils sont beaux, ils sont fins et élégants, mais pas rassurants. Et moi, je veux tout à la fois.
    Ceci dit, ton patron Burda de 2014 me plait bien, surtout avec les détails que tu as rajoutés : poches et martingale. Et je verrais bien ton premier manteau, large, enveloppant, chaud, rassurant, mais dans un lainage coloré : jaune ou framboise, ou à carreaux verts pomme, pour le style bohème chic.

    • 8
      Marjolaine

      Bien sûr qu’on veut tout, Ziata, c’est normal, on est tous pareilles 😀
      Franchement c’est un super patron ce manteau. J’ai oublié de signaler une modif d’importance : à la base il comporte une grande fente dos que je me suis épargnée, vu l’ampleur suffisante. Ça le rend plus facile à coudre ! Le col par contre demande un peu de précision et surtout de relire son Burda mille fois car c’est encore expliqué en code burdesque… Tiens-moi au courant si tu le fais et que tu as besoin d’aide ou de soutien psychologique 😀

  4. 9
    Maude André

    Hello Marjolaine,

    Très sympa ce manteau, la coupe est très belle j’adore. Ses carreaux sont sympas et répondent à l’envie du moment, le coup de cœur mode et dieu que c’est fun de se faire ses manteaux. C’est comme ça que j’en ai fait un rose il y a deux ans…
    Rose bien flashy… !
    Il était tellement bien et j’avais appris tellement de choses en le cousant que, direct, je l’ai refait en kaki. Après j’ai dit stop, pas plus de 2 manteaux par hiver… Parce que oui, vive la polygamie mantotesque.
    Mais là, j’ai un harem, je pense avoir passé la dizaine…
    Mais du coup je confirme, plus de poches ou de doublures qui craquent et un parfait coordonné chaque matin…. Le bonheur quoi…

    • 10
      Marjolaine

      Voilà Maude, exactement ! Quand tu en as pour tous les goûts et toutes les couleurs du matin, c’est parfait ! Bon j’avoue qu’une dizaine, ça commence à relever de la collection 🙂 quand j’en aurai déjà 3 fonctionnels, je serai ravie ! Il n’y aura probablement pas de rose dans le lot, mais… Faut jamais dire jamais 😀 Merci pour ton message !

  5. 11
    Maude

    Mais ma chère, le problème c’est qu’on vieillit…. Et le temps passant et la couture se faisant…. On multiplie les manteaux….
    He hé hé, un jour tu verras….
    Bon j’ai pas 100 ans mais je suis un peu fashion addict.
    Nb : 1 rose et 2 violets, 1 marine, 1 kaki, 1 gris, 1 beige, 3 noirs.
    Cette année, je n’en couds pas….

  6. 15
    Cassiope

    il est superbe ce manteau. je ne suis pas une grande fan des carreaux en général mais là ça donne vraiment bien ! Je n’ai jamais cousu de manteau mais ça fait envie je dois dire. Où as-tu acheté la micro-polaire de la doublure ?

    • 16
      Marjolaine

      Merci Cassiope. Elle vient de Mondial Tissus, c’était un choix par défaut mais qui me convient, car assez fine et vraiment pas chère !

  7. 17
    Falbala

    Ah il est superbe ce manteau à carreau… Raccords et finitions impeccables.. ça fait rêver!! Mais j’avoue que j’ai fondu littéralement devant ton manteau militaire…. celui là est (encore plus) à tomber… tout à fait mon style…
    J’ai un projet de manteau en rade depuis le premier confinement.. je pense que je vais m’y remettre dès que j’aurai fini un projet en cours depuis longtemps pour mon jules, et interrompu pour cause de jambe cassée!!

    • 18
      Marjolaine

      Merci Falbala ! Oui ce manteau militaire c’est un vrai tombeur ! Allez bon courage pour finir le tien, c’est le bon moment ! Et je ne sais pas si c’est toi ou ton Jules qui a la jambe cassée… Mais bon rétablissement !

  8. 19
    jalyla

    Que dire de plus que tout ce qui a été dit! c’est vrai qu’il est superbe ton manteau, que les raccords et finitions sont impeccables et que j’adore la martingale! Cela fait un mois que je tergiverse pour me décider sur un modèle Burda, il y en a plusieurs sur la liste, ils sont même décalqués…

    • 22
      Marjolaine

      Merci Chrystye ! En plus les manteaux, si y’a vraiment UNE pièce qu’on porte souvent c’est bien ça ! Donc c’est toujours rentable !

  9. 23
    Laissons Lucie Faire

    Ton manteau est magnifique… Et encore une fois, j’ai beaucoup ri ! Bravo pour les raccords ! En matière de manteaux, je suis aussi du côté des polyamoureuses. J’en ai déjà cousu 5, un par an, et du coup ils ne s’abiment pas puisque je les ménage. Je n’ai pas encore prévu de manteau pour 2021 mais ça serait bête de mettre fin à une si belle tradition… Ce modèle Burda me tente bien 🙂

    • 24
      Marjolaine

      Haaa ravie de voir que tu partages ma conception de l’amour manteautal à plusieurs ! 😀
      C’est une bonne idée de tradition, ça… Un par an… Je crois que je vais l’adopter aussi ! Et Burda, je les trouve vraiment top sur les manteaux, originalité, technique, choix… Y’a pas d’équivalent dans les patrons indés pour le coup !

  10. 27
    Fourmi

    Bonjour,
    … Tu sais que tu écris vraiment TRÈS bien ? Tes articles sont super instructifs côté couture… un vrai régal niveau littérature… et une vraie bouffée d’oxygène niveau humour !
    Merci, merci pour le partage !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.