Le pantalon maison

Après une coupure bienvenue, le temps de sauter d’une année à l’autre, je reprends les hostilités ici.

(Hop, je saute d’une année à l’autre et sans échauffement les gars)

Comme c’est encore autorisé par la bienséance, je te souhaite, lectrice, lecteur, une bien belle année 2021 – si possible, moins masquée et moins gelhydroalcoolisée, hein.

Forte de cette volonté de fer qui me caractérise pendant une douzaine d’heures, chaque 1er janvier, j’ai pris de solides résolutions. Faire du sport trois fois par semaine ! Arrêter de grignoter toute la journée comme une souris boulimique lâchée dans une boulangerie ! Et Coudre Mieux.

… Ce bel éclat de rire passé, et tandis que je me baffre les derniers chocolats de Noël de ma fille (c’est mauvais pour ses p’tites dents), on peut se concentrer sur la seule déclaration du lot qui ait un avenir. Coudre Mieux. Oui, avec des Majuscules, car On Ne Déconne Pas, Là.

Ce sera vraiment ma ligne directrice pour l’année à venir, que je déclinerai régulièrement ici. Choisir de façon très rigoureuse mes tissus (l’expérience du pull rouge n’est pas étrangère à cette épiphanie, j’crois bien), recycler mes chutes, coudre de façon raisonnée des vêtements que je serai susceptible de porter souvent, travailler la technique encore et toujours pour des fringues solides et durables, et… patronner mes propres vêtements. Je vous présente donc ce pantalon, premier-né de la Maison Marjo (haaaan j’adooore).

Depuis début janvier, conséquemment, ma productivité en « vêtements finis » a diminué, parce que je patronne et je toile à gogo. Oui, je TOILE. Pour ce pantalon, il m’a fallu deux toiles et demie pour arriver au résultat espéré, ce que je trouve plutôt correct. Une toile pour réaliser que mon premier patron était complètement à côté de la plaque, une toile pour faire la v2 avec les ajustements nécessaires, et une demie parce que j’ai repris et charcuté cette même toile pour arriver au résultat final.

Comment te dire à quel point je suis ravie du résultat sans passer pour la meuf qui se la pète grave ?… Bon, tant pis, je serai la meuf qui se la pète grave mais : JE SUIS TELLEMENT RAVIE DU RESULTAT. Je voulais obtenir exactement ce type de pantalon à pinces type chino, assez masculin dans l’esprit – l’élégance androgyne restant encore et toujours mon idéal vestimentaire. J’avais pour cela le tissu parfait en stock, un sergé noir assez lourd et non-extensible offert par ma maman à mon dernier anniversaire – que j’avais choisi, à l’époque, avec ce type de projet en tête. Cohérence. Bravo, Moi !! (signé : la meuf qui se la pète).

Niveau inventivité technique, on n’est pas sur du gagnant de concours Lépine du futal, on reste sur les classiques du genre. Poches italiennes, deux plis devant, pince dos, ceinture en forme avec passant, poches arrière passepoilées.

J’ai choisi de faire mes fonds de poche dans une chute de ce joli tissu imprimé dentelle, ce qui n’est pas forcément une bonne idée, car une poche à double passepoil sur les fesses, qu’est-ce qu’elle fait ?!!??? Elle s’entrouvre. J’envisageais de les coudre à petits points pour les fermer, à regrets (car quand je fais des poches, j’aime autant pouvoir les utiliser) mais mon mec, qui passait au moment d’un essayage, a dit : ho c’est joli ce tissu qu’on aperçoit dans les poches, et c’est comme ça que les poches passepoilées sont restées ouvertes, révélant leurs intérieurs gracieux mais contrastants et si ça te plaît pas, tu verras ça avec mon bonhomme.

Quant à la longueur du pantalon, dès l’origine je l’ai vraiment conçu en imaginant le porter retroussé 7/8ème sur les chevilles, comme on le voit sur la photo de la toile. Comme ça :

J’adore cette longueur que je trouve très flatteuse pour la silhouette. Ceci étant, ce qui n’est pas flatteur pour la silhouette, c’est de choper une pneumonie à force de se balader les chevilles à l’air en plein mois de janvier. Or, quand j’ai essayé le pantalon fini sans le retrousser, avec cette paire de sneakers Bocage que j’aime tant, j’ai eu le coup de foudre pour ce tomber encore plus masculin. Oui, j’ai des coups de foudre pour des tombers de pantalon. Qui es-tu pour me juger, ô âme étriquée incapable de t’enflammer devant les étincelles de beauté qui se cachent dans les miracles minuscules du quotidien ?!! (ha ! dans les dents, hein ?!)

Morale de l’histoire : c’est la première fois que j’ai un pantalon cousu vraiment à ma taille, j’ai soigné mes finitions comme il se doit (faut dire qu’après toutes les toiles, la gamme de montage m’était devenue quelque peu familière) et je le mets tout le temps. Je l’ai même porté samedi dernier pour jouer dans la neige avec ma fille, c’est te dire s’il est polyvalent.

Dernière info : si patronner me prend encore un certain temps, c’est que je le fais sur ordinateur. Car bien sûr, j’ai appris le modélisme classique « coupe à plat » avec papier, critérium 0.5, règle japonaise et tutti quanti – mais moi, ce qui m’intéresse depuis le départ, c’est de numériser le processus. Et donc, en plus de mobiliser mes acquis encore jeunes en modélisme, je me forme en même temps à l’usage des logiciels que j’utilise pour cela. Je ne suis pas manchote avec un clavier et un mulot, mais je n’avais aucune base sur les logiciels de dessin vectoriel ou de modélisme. Ce patron de pantalon a été créé avec le logiciel Valentina, un software GRATUIT (oui) de modélisme qui mériterait clairement que j’en parle plus longuement – et mis en forme, pour impression, sur Inkscape.

A l’occase, si le sujet t’intéresse, je pourrai faire un article sur ces logiciels – tu me diras ça en commentaire.

Me voilà partie pour une belle année de couture, je le sens !! Probablement moins probante pour la reprise du sport et l’arrêt du sucre, mais tant mieux, ça me fera des bonnes résolutions d’avance pour 2022 !

A bientôt !

32 Comments

Ajoutez les vôtres
    • 2
      Marjolaine

      Merci Anne ! A dire vrai, le sujet reste ouvert car j’ai pris la résolution mais je n’ai pas encore imaginé comment je vais la décliner, opérationnellement ! On verra au fil de l’année !

  1. 3
    Emmanuelle

    Ah ah pas de bonnes résolution pour moi non plus, je suis réaliste 🙂 cela dit je me suis désabonnée d’un tas de newsletters afin de limiter les tentations, je vais VRAIMENT essayer de mettre un coup à mon stock qui déborde.
    Ton pantalon est superbe, quelle fierté ce doit être de le patronner soi-même. Le tissu a l’air très beau, j’aime beaucoup l’allure générale de ce vêtement.
    Je te souhaite une belle année, et j’espère beaucoup d’articles sur ce blog que j’ai tant de plaisir à lire.

    • 4
      Marjolaine

      Merci Emmannuelle, oui j’avoue que la fierté est bien là ! Je te comprends sur les tentations, en fait il faut s’obliger à « redécouvrir » son stock en imaginant des projets dedans, et ça permet de limiter un peu les tentations de « l’achat pour l’achat » ! Très belle année à toi !!!

  2. 7
    Celine

    Bonjour,
    Merci pour toutes ces infosbet je serais très intéressée par un article sur le logiciel Valentina. Je ne savais pas qu’il en existait des gratuits. Je ne suis pas encore au niveau pour les utiliser mais j’aimerais bien avoir plus d’informations sur le sujet et ca pourrait me motiver !

    • 8
      Marjolaine

      A dire vrai je ne connais que celui-là en gratuit (il y en a d’autres biens mais payants, j’en parlerai aussi). Ils n’apprennent pas à être modéliste, il faut connaître la coupe à plat, mais ils font gagner beaucoup de temps par rapport au travail papier. Promis, je vais écrire cet article 🙂

  3. 11
    FRANCOISE W.

    Il est parfait ce pantalon, c’est de la pure laine ou un mélange ?
    Et bien, c’est marrant, parce que moi aussi, je suis en train de me patronner un pantalon type chino mais sans pinces. Comme je suis un peu feignasse ces temps-ci, je n’ai pas patronné from scratch, mais utilisé une base de chez Burda que j’ai réajusté à mes mesures et benché avec un pantalon qui me va bien pour régler la longueur de l’enfourche devant et dos. Résultat bon du premier coup sur le bassin (je n’ai pas monté les poches italienne), un peu moins bien sur les jambes, que je trouve un peu larges. Je vais faire une deuxieme version avec les poches et la largeur des jambes ajustées. J’adore le modélisme que j’ai abordé avec les cours Artesane en 2020 et j’avoue que ça apporte un gros « Plus » à toute réalisation de couture, car on comprend bien mieux ce qu’on fait et comment apporter des modifications qui vont améliorer le seyant d’ un modèle. Evidemment, je suis interessée par un petit article sur les solutions logicielles, n’étant pas moi-meme trop trop manchotte avec un clavier et une souris.
    En parlant de bonnes résolutions, et moins de sucre en est une pour moi aussi, en ce moment je me régale avec les cours Tailleur de Julien Scavini. Désolée mon but n’est pas de faire de la pub à celui-ci ou celle-là, mais par les temps qui courent, ma bonne dame, se régaler avec autre chose que du sucre, c’est toujours bon à prendre.
    Je te soutiens dans tes bonnes résolutions de 2021/22, j’ai à peu près les mêmes ! Bonne année 2021 !

    • 12
      Marjolaine

      Pas du tout, sergé de coton donc aucune laine impliquée dans le processus. Cela dit, tu me donnes l’idée de le faire dans un lainage léger, le drapé sera à mon avis plus souple et très sympa.
      C’est une très bonne base de partir d’un patron existant et honnêtement, je pense que ça fait gagner beaucoup de temps quand on a la base qui va bien ! Je l’ai envisagé, mais le souci c’est que mon problème majeur avec les pantalons Burda se situe toujours à la fourche… et à la ceinture… et puis la largeur… donc autant dire qu’il n’y a rien qui va. Oui, le modélisme c’est génial, j’ai une vraie passion pour la logique de création du vêtement et ce depuis toujours (gamine je ne dessinais que des petites bonnes femmes de face avec des tenues changeantes), associée à ma vraie passion pour les tissus et leurs différentes propriétés… Si j’avais 20 ans de moins, je n’aurais pas une seconde d’hésitation et au lieu d’aller me faire chier à Sciences-Po, je deviendrais modéliste, sans l’ombre d’un doute.
      J’ai découvert récemment le blog de Julien Scavini, c’est passionnant, c’est une mine d’informations sur la mode et la confection tailleur masculine, ça s’appelle Stiff Collar tu connais peut-être mais sinon je te le conseille. Pour les geekettes de la couture comme nous autres, c’est juste passionnant.
      Bonne année à toi !!

      • 13
        FRANCOISE W.

        Ah oui, je connais Stiff collar que je suis depuis des années, j’adore le ton de Julien Scavini et ses dessins, je l’avais trouvé très bienveillant dans Cousu main. Comme évoqué, j’ai craqué pour ses cours de couture tailleur sur Artesane (cours 1 sur les points, cours 2 sur le gilet). Franchement, je me suis régalée, j’ai appris plein de petites choses et surtout que l’approche des tailleurs (un peu bourine, on retaille directement sur le vetement assemblé) était sensiblement différentes de celle des couturières (tu sais, celles qui font du flou, mais qui sont ultra-précises sur le patronnage et les noeuds). Et rien que ça, c’était très drôle…
        A bientot !

  4. 14
    vanessa

    j’aime beaucoup le pantalon (évidemment, quel boulot) et antépénultième photo, toute de noire vêtue avec le regard qui dit » mmmh qui puis-je si tout me va ? « oui parce que moi je pense que les regard parlent et ce n’est pas une fille qui se pâme devant un tombé de pantalon qui va me jeter la première botte d’épingles. Sinon une bonne année et « surtout la santé  » comme disait ma grand mère.

    • 15
      Marjolaine

      Merciii Vanessa et très bonne année à toi, pour le coup nos grands-mères avaient foutrement raison et 2020 l’a démontré !
      Tu as vu clair dans mon jeu de regards lascif avec l’objectif de mon smartphone j’en ai peur ! Un jour il faudra que je dévoile les coulisses de mes séances photo, c’est un moment anti-glamour où je prends environ 457 photos pour en avoir 10 potables, car j’ai la photogénie d’une truite et j’ai l’air con, agressive ou déprimée sur 95% des tofs. Du coup, je suis ravie que celle-là te plaise !!!

  5. 16
    cyqlaf

    Alors, on a déjà parlé de ma jalousie maladive devant ce ben à tomber. /* Oui, mais je suis mariée moi. C’est très surfait, le mariage d’ailleurs. */
    Bref, revenons-en à ce froc. Tou es magnifique. Il est splendide !
    & s’il va même dans la neige avec la paupiette, je dis banco !
    Bon, voilà, je bave d’envie … et oui, je veux bien des détails sur Valentina !
    Allez, continue à te la péter, tu as bien raison parce que tu peux carrément !

    • 17
      Marjolaine

      Merci chère Madame… Même si tu as commis un pantalon parfaitement seyant il y a peu ! Ok je prends note, je pense que je vais le faire cet article ! En même temps vu que je passe mon temps à patronner et toiler, en ce moment, je n’ai pas d’autres vêtements finis à montrer donc faut bien que je cause d’aut’ chose en attendant !

  6. 18
    Ziata

    Ah, il te va nickel, ce pantalon, et tu peux vraiment te prendre le droit de te la péter grave. Car, à entendre les pros, le pantalon, c’est le plus difficile à ajuster à soi-même.
    Je t’admire, tu progresses très vite en modélisme.

    • 19
      Marjolaine

      Merci Ziata !! En fait, à titre personnel, je ne trouve plus le pantalon si difficile à corriger, c’est juste que c’est plus simple de partir de zéro que d’une base existante dans mon cas. Là je suis en train de patronner un haut, et la correction d’un problème d’emmanchures me donne bien plus de difficultés que la correction de fourche que j’ai pratiquée sur les toiles de ce pantalon… Je suis tellement passionnée par ça, j’aime tellement le modélisme que je n’arrive pas à m’en lasser et comme toujours, on progresse plus vite quand on travaille, du coup ça paie 🙂 Merci beaucoup en tout cas !!!

  7. 20
    Falbala

    Moi aussi j’en bave d’envie devant ce pantalon qui est tout à fait dans mon style et qui tombe magnifiquement bien. Bravo pour cette belle réalisation. J’adore cette longueur même si en hiver et par les températures frigorifiques qu’on a eu c’est pas toujours top. J’adore aussi les poches passepoilées avec vue sur la doublure.
    Et je suis plus qu’intéressée par ce logiciel de patronage!

    • 21
      Marjolaine

      Merci Falbala ! Moi aussi j’adore cette longueur, dès que les températures radoucissent je retrousse systématiquement tous mes bas de futes 🙂 Mais je suis contente de pouvoir le porter long en ce moment ! Ok ça marche, l’article sur Valentina est en cuisine !!

  8. 22
    Eliflo

    Je le trouve parfait, ce pantalon, et il faut ajouter aussi qu’il est très bien porté, ce qui ne gâche évidemment rien! Vu que je n’ai encore rien cousu d’autre comme pantalon que des pantalons à élastique, même améliorés comme Dressed et un Burda raté, ne parlons pas de patronage pour moi! Ce qui ne m’empêche pas d’admirer!

    • 23
      Marjolaine

      J’ai cousu peu de pantalons par le passé, parce que je n’arrivais jamais à les ajuster correctement ! C’est presque plus « facile » quand on le fait à sa mesure… Mais c’est comme pour tout, c’est en forgeant des pantalons qu’on devient forgeron de pantalons 😀 Ne te décourage pas !!!

  9. 24
    Solène

    Il a exactement le style qu’il faut ce pantalon. Trop bien. Je suis fan.

    Pareil, si j’étais à nouveau devant mes choix d’orientations à 18 ans… je me dis que je devrais aller vers le stylisme plutôt que le graphisme.
    Je pouvais, j’avais le bon cursus, je savais dessiner. Je ne sais pas le nombre de « princesses » et plus tard de « guerrières » (ou comment j’ai évolué du roooooose vers la prise de conscience féministe) dont j’ai conçu les tenues complètes.

    Le modélisme me titille… mais j’ai toujours trop d’idées avec ce que j’ai déjà pour prendre le temps de m’y mettre. Ceci étant, je suis fort intéressée par ton avis sur Valentina que je regarde du coin de l’oeil. Ça m’a l’air épouvantablement compliqué et beaucoup trop plein de mathématiques.

    • 25
      Marjolaine

      Eh oui, entre nos parcours rêvés et réels il y a parfois un gap… mais chaque chemin se produit pour une raison, c’est ce que j’essaie de me dire et de ne pas avoir de regrets 😉 Effectivement Valentina repose sur des principes mathématiques, mais pas si épouvantablement compliqué que ça 😉
      Merci en tout cas !

  10. 26
    Maude

    Oh la la ! Vacherie de boîte mail qui t’as spamée direct… J’ai failli ne pas te lire ni découvrir ce sublime futal!
    Bonne année d’abord de la joie, de l’amour et de la couture !
    Ensuite je ne vais pas être originale : bravo, tu peux te la péter, il est magnifique ! J’adore !
    Je ne mets que des chinos et je suis une grande feignasse qui dit depuis des années qu’elle va faire ses futs mais qui ne s’y met pas… Cela dit il n’y a guère plus que ça que j’achète..
    Mais outre ma feignassserie, je trouve difficile de se procurer un coton adapté….
    Bon donc ton article est motivant. Et ton article sur le modélisme sera le bienvenu !
    Sinon même bonnes résolutions…
    Côté limitation dans les achats de tissu je suis pas très bien partie… Faut pas le dire hein, parce côté optimisation des chutes par contre, je suis pas mauvaise… Je suis incapable de jeter un gramme de tissu… Rembourrage, bijou en origami de tissu, boutons recouverts, vêtements ou accessoires pour ma nenette, petites trousses, franges pour des écharpes… Au plaisir de te lire bientôt !

  11. 27
    Nabel

    Bravo, il est parfait ce pantalon ! Comme Ysa, je rêve d’avoir un pantalon qui me va parfaitement, sans syndrome du « je rentre dans le cucul » donc moi aussi, je suis jalouse comme un pou.
    Et donc, tu peux continuer à te la péter, c’est parfaitement mérité (et puis c’est pas ta faute, c’est physiologique, c’est à cause de l’endorphine généré par la satisfaction du projet réussi 😉 )

  12. 28
    Fanfreluche

    Bravo Marjo. Ce pantalon est canon. J’aime le tombé, les poches et toutes les autres finitions soignées. Tu as fait un patronage du tonnerre. Je lirai avec plaisir ton article sur le logiciel de patronage, même si je ne pense pas me lancer dans l’exercice.

  13. 30
    Issaouni

    Bonjour marjolaine. Magnifique travail!!Respect !Le modélisme n est pas une mince affaire. Il faut vraiment s accrocher.Quels supports avez-vous utilisé pour faire le patron ??(livres,cours..etc)
    Merci.

    • 31
      Marjolaine

      Merci beaucoup Issaouni !! En effet le modélisme ce n’est pas simple, je travaille actuellement à un patron de haut et je m’arrache le peu de cheveux qu’il me reste à chaque étape 😀 mais je persévère car je dois être un peu maso ! J’ai suivi des cours à l’école Formamod Paris pendant six mois, donc j’ai de bonnes bases. Ce qui ne m’empêche pas de consulter d’autres méthodes, et d’essayer de trouver diverses solutions en fonction des problèmes que je rencontre. J’ai la méthode de Teresa Gilewska, que je consulte assez souvent, et celle d’Esmod que je n’ai pas encore eu le temps de mettre en pratique. Les deux sont, à mon sens, insuffisamment détaillées pour nous rendre vraiment autonomes sur des modèles complexes. Elles ont le défaut de donner des mesures sans toujours expliquer pourquoi. Au moins, à l’école, notre professeur pouvait nous expliquer pourquoi on appliquait telle ou telle valeur… Les cours « en vrai » avec une vrai modéliste avec laquelle on peut interagir, y’a pas mieux !

Répondre à Eliflo Annuler la réponse.