Sweat Neige, what a feeling !

C’est terrible, je manque vraiment de temps pour vous parler de cette réalisation : un sweat d’après le patron NEIGE de Deer and Doe.

Il faut dire que l’automne est rude à Pittsburgh. Je trime toute la journée à la fonderie en ce moment (on a essayé le télétravail mais y’a eu 2-3 accidents avec l’acier en fusion). Et le soir, je dois pourtant mettre ma fatigue de côté pour aller cachetonner comme danseuse dans un bar – qui est resté ouvert, mais où les mesures sanitaires sont drastiques ! A la fin de mon passage sur scène, je dois m’envoyer un grand seau d’eau glacée dans la tronche pour éliminer les microbes !… J’en suis déjà à mon 4ème rhume depuis le début de la saison.

Enfin, faut c’qu’i’ faut pour réaliser ses rêves ! Moi, je suis soudeuse, mais je ne compte pas faire ça toute ma vie. Mon ambition, c’est de devenir danseuse professionnelle. Et quand je m’entraîne, je peux vous dire que j’ai la niaque. La ma-niaque, même.

Je passe une audition importante dans quelques jours. Mon petit ami, Nicolas (mais je l’appelle Nick), me soutient beaucoup ! Bon, il faut dire que c’est aussi mon patron à la fonderie, et que je pense qu’il a très peur que je lui colle un procès aux miches pour harcèlement.

Donc, quand je m’entraîne à faire des entrechats à la maison, je mets la musique à fond (les voisins A-DORENT) et j’enfile ce petit sweat confortable et rapide à coudre. Et tellement tendance !

(La mode des années 1980 est tellement cool qu’elle ne se démodera sûrement jamais ! Les brushings crêpés, les épaulettes XXL, tout ça est tellement intemporel !)

Le molleton (provenance : Bennytex) contient une face intérieure toute ouatinée, donc autant vous dire que c’est idéal pour ne pas trop me refroidir après mes entraînements super cardio !

Niveau réalisation, rien de très complexe. Il est cousu en T34-36. Les modifications sont minimes : une ligne côté reprise pour être un chouïa plus près du corps. Je n’ai posé ni l’encolure ni les poignets, prévus en bord-côtes. Par contre, j’ai ajouté un petit passepoil rouge au niveau des découpes de manches.

Bon, je peux aussi porter ce sweat avec de vrais habits : quand je me balade dans Pittsburgh, je peux l’assortir avec un jean et une chemise en denim.

Et si jamais Nick m’invite au resto, je peux aussi claquer la jupe-crayon (désolée les girls, il va falloir patienter pour la coudre, c’est un patron Burda qui ne sortira qu’en février 2012 !) et les talons.

C’est extra bath comme tenue, je trouve.

Au boulot, je retourne préparer mon audition. Gros stress, vais-je réussir ?! J’espère que je ne vais pas me casser la figure !…

… En tout cas, niveau couture, je travaille déjà sur un autre projet. Cet été avec mes parents et ma sœur, on part en vacances à la pension de famille Kellerman. Quand la nuit tombe, il paraît qu’il y a des ateliers secrets de danse un peu « dirty » ! Je vais me coudre une jolie robe blanche qui tourne, on sait jamais, ça pourrait me servir… car je peux vous dire qu’on ne laisse pas Bébé (c’est moi) dans un coin !

19 Comments

Ajoutez les vôtres
  1. 1
    cyqlaf

    J’ai tout lu mais je n’ai retenu qu’un seul truc … UNE ROBE BLANCHE ??? Ça y est ? Tu as réussi à arracher un OUI à Nick ??? Bravo !
    Blague à part, j’adore ta présentation de ce superbe sweat !

  2. 3
    maude

    ah oui pareil que Cyqlaf : une ROBE BLANCHE ????
    mais dis moi, ce petit sweat, en version dentelle, il serait pas mal pour réchauffer les épaules d’une jeune mariée….
    J’dis ça…. J’dis rien…
    Obsédée ????
    Non, pas du tout.

  3. 5
    Francoise W.

    Mais quel talent pour nous tenir en haleine en nous racontant une histoire pourtant archi-connue. En plus avec un spinoff à la fin, vraiment tu es trop forte.
    Autant le dire tout de suite, la nouvelle mini-collection Deer-and-Doe ne m’a pas emballée ni fait rêver, je ne suis pas adepte du sweat (aucun dans ma garde-robe) et du pantalon boule à taille élastiquée (pareil, ni de bas de survet ou autre horreur dans le meme genre).
    Ton interprêtation et la petite histoire qui va avec me font douter un peu, mais mais…, Tata Burda a quelques propositions plus amusantes (non non sans trucs drapés ou fermetures bizarrement situées) que j’irai explorer avant de claquer 14 euros dans un patron de plus.
    Bravo encore pour tes talents littéraires et ta parfaite maitrise du style : un sweat, 3 tenues, dont une très classe, chapeau bas !

    • 6
      Marjolaine

      Merci Françoise ! Pour ma part, bien que très attachée à cette marque, je ne me retrouve pas dans tous ses patrons avec ma silhouette de bâton de chaise. Mais ce sweat a su me parler avec ses manches structurées, sa polyvalence et cette présentation boyish qui correspond à mon style préféré. Et puis j’aime la démarche de la marque, ses valeurs alors ça m’engage plus à acheter ses patrons qu’à la énième marque insipide qui se pointe sur le marché chaque jour (je suis dure je sais). Cela dit tu as raison, absolument tout peut se retrouver dans Burda, et d’ailleurs mon projet projet me ramène aux valeurs sûres à l’allemande 😀 Merci pour ton message en tout cas et ravie que ça t’ait plu !

  4. 8
    Ziata

    Quel talent ! Tu passes de la collection Harlequin aux musts des années 80 avec autant de brio que sur ta machine à coudre du sweat hyper confortable à la magnifique robe blanche en dentelle du plus beau jour de ta vie !!!
    Juste pour te dire que j’aime bien les modifs que tu as apportées : out le bord côte (trop moche), et 2 traits rouges sur chaque manche pour casser le gris trop grisailleux.

    • 9
      Marjolaine

      Je suis polyvalente dans les références culturelles, Ziata 🙂 Bon pour la robe blanche par contre, malgré votre soutien à toutes, l’affaire n’est pas encore pliée ! Merci en tout cas pour ton message 🙂

  5. 10
    Sandrine

    Non mais quel régal de te lire !!!! Oh et puis ce sweat, qui pourtant ne m’a pas du tout fait envie, est vraiment top revisité par tes soins !!!!

    • 11
      Marjolaine

      Merci Sandrine ! Les versions « sportwear » de ce patron peuvent ne pas donner envie, mais ces manches travaillées me plaisaient beaucoup !!

  6. 12
    Fanfreluche

    Géniale la mise en scène ! D’autant plus que Flashdance est un film culte par ici. Le sweat neige à ta sauce c’est quand même autre chose. Le passepoil rouge est une idée de génie, ça fait toute la différence. Et je ne voudrais pas te spoiler, mais ta carrière de danseuse est sur les rails !

  7. 16
    Tempus fugit

    Je ris toute seule devant mon ordi, en tant que fan des deux chefs d’oeuvre auxquels tu rends un hommage amplement mérité ;-)))
    Très chouette, ce sweat, mais j’ai hâte de voir ta prochaine réalisation Burda !

    • 17
      Marjolaine

      Merci Anne ! J’y travaille présentement… Mais ce n’est pas la prochaine chose qu’on verra ici ! Eh oui, cet automne était sous le signe de la couture « indie »!

  8. 18
    Mag à l'eau

    J’ai pas compris l’histoire de la soudure (manque de culture ?), mais j’applaudis ce billet plein d’humour. Vu tes goûts stylistiques et musicaux je ne peux que te recommander Les Trash Croutes et notamment cette vidéohttps://www.youtube.com/watch?v=WkcPoVvBtac
    surtout à 2:15 !

    • 19
      Marjolaine

      C’est une référence au film Flashdance, des années 80, dont l’héroïne est soudeuse le jour (oui oui) et danseuse la nuit ! Je vais aller voir ton lien alors, ça m’intrigue ! Merci pour ton message 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.